Choisissez votre région

Burnout : est-ce à prévenir au travail ?

 
Télécharger en tant que PDF Quelle est la situation dans les pays autour de nous ?
Le burnout chez les employés concerne chaque organisation dans chaque pays. Le burnout est un état d’épuisement mental dû à un facteur de stress profond. Aux Pays-Bas, l’on considère même le burnout comme la maladie professionnelle numéro 1. La maladie est également présente dans les pays limitrophes et elle ne passe pas inaperçue. Plusieurs pays ont répertorié les conséquences (économiques) des burnouts parmi les employés, ainsi que leurs effets sur la santé mentale et physique de l’employé. Comment les organisations et leurs employés peuvent éviter les burnouts de manière préventive ? Y a-t-il des ressources pour que l’employé puisse trouver le bon équilibre entre sa vie professionnelle et privée. Mais pour qu’il puisse également se détendre pendant les heures de travail et maîtriser le niveau de pression.

En Europe
Aux Pays-Bas, 60% des employés éprouvent régulièrement ou très souvent du stress relaté au travail. Ce pourcentage est supérieur à la moyenne européenne (53%). En France, 49% des employés éprouvent du stress relaté au travail, en Belgique il s’agit de 47%, en Allemagne 52% et au Royaume-Uni 44%. Ce pourcentage est inférieur à la moyenne de l’UE27 (OSHA, 2013). Le stress relaté au travail et les burnouts constituent un point d’attention important pour l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA).




Royaume-Uni
En 2017, 526.000 personnes au Royaume-Uni souffraient d’un burnout, de stress relaté au travail et/ou d’un trouble anxieux. Chaque année, l’on perd ainsi 12,5 millions de jours de travail. 49% de tous les arrêts maladie sont en outre dus à l’épuisement de la santé mentale. Un rapport de 2014 suggère que cette maladie correspond à 4,5 pourcent du produit intérieur brut britannique. Source : https://health.spectator.co.uk/workplace-stress-is-costing-british-companies-a-fortune/

Allemagne
Dans l’étude DEGS1 (2012), l’Institut Robert Koch estime la prévalence spécifique des burnouts pour toute la population à 4,2%. Si l’on convertit ce pourcentage à 45 millions de travailleurs, cela correspond à environ 1,89 million de personnes potentiellement touchées. Concrètement : 34 jours de travail correspondent à la durée moyenne de l’arrêt maladie relaté aux maladies mentales. 14,7% des journées d’incapacité de travail sont dues à des maladies mentales. Ceci correspond à 2,9 milliards d’euro en indemnités de maladie. Source : https://www.management-circle.de/blog/infografik-depression-burnout/

France
D’après l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS), les coûts sociaux du stress relaté au travail sont estimés à 2 à 3 milliards d’euros, y compris les coûts de soins de santé, d’absentéisme, de cessation des activités et de décès prématuré. 

Pays-Bas
Le bilan Arbo annuel de TNO démontre que 22 pourcent des cas s’absentéisme sont dus à des plaintes psychiques telles que l’épuisement nerveux et le burnout. Ce qui correspond à 2,4 milliards de coûts. Les coûts liés au burnout ne peuvent pas être isolés, mais ces chiffres fournissent suffisamment d’indications.

La différence entre le stress et un burnout ?
Le burnout et l’excès de stress sont souvent confondus. Mais qu’est-ce qui permet de distinguer le burnout du stress ? Souvent, le burnout résulte du stress. Quand nous souffrons de stress, cela signifie souvent qu’il y a un surplus. Nous exigeons trop de nous-mêmes, tant au niveau physique que mental. Et nous avons souvent l’impression de tout pouvoir contrôler. Tandis qu’un burnout est souvent synonyme d’« insuffisance ». En cas de burnout, il s’agit généralement d’un manque de motivation : la situation ne va tout de même pas s’améliorer. Les personnes qui souffrent de burnout ne voient pas de changement positif à leur situation.

Allemagne 
Près de neuf Allemands sur dix sont stressés par le travail. Certains sont tellement stressés qu’ils présentent déjà des signes de burnout. Plus de la moitié des employés souffrent en tous les cas occasionnellement de mal au dos, de fatigue permanente, de tensions internes, de léthargie ou de troubles de sommeil. 61% des personnes en Allemagne se plaignent de mal au dos ou d’épuisement – 23% même très souvent. 59% ressentent des tensions internes. Et 54% des personnes interrogées réfléchissent à leur travail, ce qui contribue au fait que 53% des interrogés dorment mal. « Ce sont tous des symptômes potentiels de burnout », explique Dr. Gerd Herold, médecin chez pronova BKK. Selon l’étude, 50% des employés considèrent qu’ils courent un risque moyen à élevé de burnout. (Source : https://www.pronovabkk.de/ | https://www.presseportal.de/pm/119123/3912240)





Les signes de burnout
1. Moins d’énergie (physique) – L’exposition prolongée au stress peut épuiser une personne physiquement, suite à quoi les personnes sont continuellement fatiguées et ne disposent pas de la même énergie qu’auparavant.

2. Epuisement émotionnel – Les gens seront plus rapidement impatients, de mauvaise humeur, plus facilement frustrés que d’habitude pour certaines choses, ou tristes sans raison apparente.

3. Faible tolérance – Lorsque des personnes souffrent de stress prolongé, leur système immunitaire est l’un des éléments du corps humain qui en souffre beaucoup. Souvent, ces personnes reçoivent un message de leur corps qui signale qu’un changement est nécessaire, et cela pourrait dire qu’elles deviennent plus sensibles aux rhumes, à la grippe et à d’autres maladies.

4. Négligence des relations personnelles – Lorsque les personnes souffrent d’un burnout, elles prennent leurs distances par rapport aux relations personnelles.

5. Pensées pessimistes – Lorsque des personnes souffrent d’un burnout, il leur est difficile de s’enthousiasmer, car elles s’attendent de moins en moins souvent à ce que de bonnes choses surviendront et il leur est difficile d’abandonner les pensées négatives.

6. Travail inefficace – Lorsque des personnes souffrent d’un burnout, il leur est difficile de se lever le matin, et encore moins d’être performant au travail.

Quelles sont les causes d’un burnout ?
Un burnout a de nombreuses causes. Parfois la cause est privée ou relatée à la personnalité, mais le travail peut également causer un burnout.

1. Objectifs flous – L’incertitude dans une entreprise quant aux prestations des employés. En raison de cela, les employés ont du mal à avoir confiance en leurs compétences et à avoir confiance en soi. Ils trouveront donc moins de plaisir à effectuer leur travail, tout en ayant moins souvent l’impression de fournir du bon travail. D’autres causes de burnout peuvent être une description de poste peu précise ou pas bien expliquée, des exigences qui changent continuellement ou des attentes qui sont imprécises.

2. Objectifs irréalistes – Les objectifs peuvent également être irréalistes. Il est alors impossible de rencontrer les objectifs visés. Exemple : quand un employé doit trop prester, sans disposer de suffisamment de temps pour bien exécuter toutes ses tâches, il est souvent vite frustré et stressé. L’employé travaille beaucoup, sans réaliser de succès, ce qui peut augmenter les risques de burnout.

3. Trop de stress, pas assez de repos – Pas chaque emploi ou fonction ne peut être cadré dans un horaire classique de 9 à 17 heures. Ceci n’est pas un problème, tant que les efforts supplémentaires sont reconnus. Quand cela est fait, les employés sont souvent plus motivés. Toutefois, lorsque l’on s’attend à des efforts supplémentaires permanents, sans laisser de temps de récupération à l’employé, la situation peut devenir problématique.

En France
7 employés sur 10 indiquent exercer un travail fatigant. 92% des managers doivent se concentrer pour de plus longues périodes, 75% doivent prendre des décisions rapides. 47% des dirigeants ont du mal à gérer leurs priorités et 79% sont continuellement interrompus dans leur travail, ce qui augmente leur impression de fatigue nerveuse. (Source : Malakoff-Médéric, 2016).


En Allemagne
La raison principale de l’impression d’épuisement total mental et physique est la pression continue ressentie par des personnes (délais) (34%), suivie par le stress émotionnel causé par des clients (30%), les heures supplémentaires et une mauvaise ambiance de travail (29%) Source : The "Company Health Management 2018" study was conducted in February 2018 on behalf of pronova BKK as part of an online survey. A representative survey of 1,650 employees nationwide was conducted.

4. Conséquences lorsque l’on commet des erreurs – Tout le monde commet des erreurs, cela fait partie de la vie. Mais si les conséquences des erreurs sont très importantes (par exemple un procès), le travail devient plus stressant. Il n’est donc pas étrange que le personnel médical court un risque plus élevé de burnout.

5. Pas de contrôle – L’indépendance est essentielle. Les employés sont souvent enthousiastes et motivés quand ils peuvent prendre des décisions créatives et quand ils peuvent résoudre des problèmes indépendamment. Malheureusement, certaines personnes n’ont pas la chance de prendre des décisions de manière autonome, c’est ce qui augmente le risque de burnout.

6. Trop peu de reconnaissance – Donner des compliments, féliciter. Il s’agit de méthodes relativement simples pour reconnaître les efforts de certaines personnes. Il ne s’agit pas nécessairement de grands prix ou de bonus, un encouragement suffit généralement déjà. Si les personnes entendent uniquement du commentaire quand les choses ne vont pas bien, cela crée une ambiance négative.

7. Mauvaise communication - La communication mutuelle est un facteur souvent sous-estimé. Dans une entreprise, les problèmes peuvent être causés ou renforcés par l’absence d’une bonne communication. Des problèmes comme des objectifs flous et le manque de reconnaissance peuvent s’empirer par une mauvaise communication. Lorsqu’une personne rencontre un problème, mais ne peut pas l’aborder au sein de l’entreprise, cela peut causer des frustrations.

Guérir d’un burnout
Finalement, tout le moment finit par guérir. Une personne se remet du sport, une autre d’une maladie et encore une autre d’une semaine de labeur acharné. Afin de préserver beaucoup d’énergie, il vaut mieux étudier comment fonctionne le rétablissement. Imaginez-vous un athlète professionnel qui mange mal tous les jours et se couche en outre trop tard. Comment pensez-vous que ses prestations évolueront ? Il cessera très probablement d’être athlète à haut niveau. Car un athlète qui souhaite prester au mieux de ses compétences, dort suffisamment, s’alimente correctement et continue à s’entraîner pour s’améliorer. 

Quel est le meilleur rétablissement en cas de burnout ?
Dans le milieu du sport, l’on parle de « super compensation ». Ceci implique qu’un athlète se rétablit après un entraînement pour ainsi surpasser son niveau actuel. Nous utilisons uniquement la super compensation dans le monde sportif. Mais on peut faire pareil pour notre condition mentale et physique. Reconnaissez-vous la fatigue après avoir honoré une échéance au travail ? Quand vous rentrez chez vous, vous avez besoin de prendre quelques jours de repos. Votre corps indique alors qu’il a besoin de se rétablir. Si vous écoutez votre corps, il n’y a pas de problèmes. Toutefois, si vous reprenez trop vite le travail, à la demande de votre environnement, ou parce que vous l’exigez de vous-même, vous finirez par vous détruire.

Au moment où vous touchez le fond, vous souffrez soit d’un burnout, ou vous êtes surentraîné comme on dit dans le milieu sportif. Vous avez l’impression de tomber dans un trou noir, dont vous notifierez uniquement les conséquences quand vous aurez à nouveau trouvé du repos. Dans ce cas, le corps a repris le contrôle.

Le moment d’agir
Vous souffrez d’un burnout, vous êtes proche d’un burnout ou vous souhaitez l’éviter. Comment pouvez-vous y remédier vous-même ? Quelques conseils :
1. Suffisamment de repos et de sommeil
2. Une alimentation saine et variée
3. Suffisamment de mouvement, également au travail
4. Ecoutez-vous et faites-vous confiance
5. Entretenez les contacts sociaux

Conclusion
Nous avons entamé notre histoire par le stress relaté au travail / burnout qui a un grand impact sur les organisations et les personnes actives dans le monde professionnel en Europe. Cela reste en outre un sujet de discussion dans différents pays. Et chaque pays gère cela de sa propre façon.

France
Des membres du Parlement français ont discuté en 2018 de la reconnaissance du burnout comme maladie professionnelle. Le parlementaire français qui a présenté la proposition législative, indiquait que 200.000 à 500.000 cas de burnout avaient été recensés. La loi n’a pas encore été acceptée.

Allemagne
La plupart des personnes actives ressentent souvent du stress causé par les délais de travail, les demandes des clients et des supérieurs. « Au contraire des urgentistes et des contrôleurs de la circulation aérienne, les employés de bureau ont toutefois peu de vraies raisons pour être soumis à des contraintes de temps extrêmes », explique Lutz Kaiser, CEO de pronova BKK. Les employeurs et employés devront activement fixer des limites. Après une pause agréable, nous estimons souvent qu’il est plus facile d’accepter des tâches. 

Royaume-Uni
Le sujet est traité par rapport aux différents groupes professionnels (personnel médical, travailleurs sociaux, services publics).

Pays-Bas
La politique nationale aux Pays-Bas se limite essentiellement à la législation et à sa mise en application. Les employeurs sont obligés de payer un salaire en cas d’arrêt maladie au cours des deux premières années de maladie. La directive Arbo conseille de varier le travail concentré sur écran après maximum 2 heures avec un autre type de travail ou une pause. A cet effet, il existe des outils tels que le logiciel nudging pour coacher l’employé et le stimuler à prendre sa pause en temps voulu et à quitter son écran.

Concernant BakkerElkhuizen et notre logiciel WORK & MOVE employee wellbeing
Chez BakkerElkhuizen, nous sommes convaincus qu’une concentration stable de longue durée est un mythe et que rester longtemps assis est souvent la cause de nombreux problèmes de santé. Lorsqu’un employeur attend de ses employés qu’ils travaillent de manière concentrée, tout en restant longtemps assis, cela peut avoir un effet négatif à court et à long terme. Plus d’erreurs, une baisse de la productivité et de la concentration, un niveau de créativité moins élevé, plus de plaintes de surtension et un niveau d’absentéisme plus élevé.

Nous reconnaissons que les employés doivent régulièrement pouvoir recharger leurs batteries. Pour cette raison, BakkerElkhuizen investit dans un programme innovant de changement de comportement. Par le biais de « nudges » dynamiques, ce logiciel intelligent invite votre employé à bouger davantage, encourage la variation entre les moments assis-debout et propose des pit stop cognitifs.

Grâce à WORK & MOVE, les collaborateurs travaillent plus efficacement, restent plus longtemps dynamiques et durablement employables. Les avantages complémentaires de ce logiciel sont :
1) la possibilité de contacter toute l’organisation (d’un seul coup) ;
2) l’employé individuel peut configurer le coach digital selon ses propres souhaits et besoins.
3) rétroaction sur les prestations (utilisation de la souris, raccourcis, suivi)
4) interconnexion avec LogicLink et Linak. Une grande partie des bureaux assis-debout est soutenue par notre logiciel.
5) passeport de poste de travail : toujours les bons réglages avec vous.

Et à l’avenir :
6) outil de reportage
Intéressé ? Demandez une version démo gratuite.

Télécharger en tant que PDF
Interested in what you just have read?

16 conseils pour réaliser un poste de travail idéal

Un poste de travail ergonomique améliore le confort et la productivité des utilisateurs d’écran informatique. Quelques petites adaptations vous permettront de réaliser le poste de travail idéal.
Lire la suite

WORK & MOVE favorise l’alternance entre le travail assis et debout

Est-ce possible d’influencer des personnes avec un programme logiciel qui leur indique quand c’est l’heure de s’asseoir ou de se mettre debout ? Texas A&M University a fait des recherches à ce sujet. 
Lire la suite

Stimulez le cerveau de vos employés avec un espace de travail enrichi

Vos employés travaillent-ils encore dans un bureau aux murs gris blanc, à l’éclairage tl et au mobilier générique?
Lire la suite

Sur les lieux de travail, veillez à utiliser des ‘nudges’ pour un comportement plus sain

De nombreux programmes de vitalité supposés stimuler la santé au travail s’avèrent peu efficaces ou ne fonctionnent pas du tout. Pourquoi? Parce qu’ils s’adressent à la raison et non pas au système impulsif des employés.
Lire la suite

Concentration et bureaux open space : une association difficile

Si vous parfois des difficultés à vous concentrer sur vos tâches au travail, vous n’êtes pas le seul. Beaucoup d’entre nous travaillent aujourd’hui dans des espaces communs et ouverts à l’acoustique désagréable et l’intimité limitée. Difficile de rester très concentré dans un tel espace.
Lire la suite

Comment faciliter les performances durable au bureau ?

Sous les effets de la croissance de la numérisation, nous ressentons une (trop) forte charge de travail et un manque d'exercice physique. Mais malgré ces effets négatifs de la numérisation, il y a quand même des effets positifs. Curieux ?
Lire la suite
Enregistrez vos données une seule fois pour télécharger cet article d’informations.

Saviez-vous que tous nos articles d’informations sont téléchargeables ?

Il vous suffit de vous inscrire une fois pour obtenir un accès gratuit à tous les téléchargements !
Déjà enregistré?
Courriel / Nom d'utilisateur
Mot de passe
Je n’ai pas encore de compte?
Enregistrer
Enregistrez vos données une seule fois pour télécharger cet article d’informations.

Saviez-vous que tous nos articles d’informations sont téléchargeables ?

Il vous suffit de vous inscrire une fois pour obtenir un accès gratuit à tous les téléchargements !
Prénom
Insertion
Nom de famille
Courriel
Mot de passe
Please enter your email address and you will receive a new password within a few moments
Courriel

Plus d'informations

Nom *
Entreprise
Code postal
Téléphone
Courriel *
Message *
Les champs marqués de (*) doivent être remplis obligatoirement
view catalog onlineConsulter le catalogue en ligne download pdf catalogTélécharger le catalogue