L’ergonomie du poste de travail avec écran d’ordinateur


Malgré toutes sortes de lois et règles concernant les conditions de travail, et les bons soins de fournisseurs, on trouve encore dans les bureaux un grand nombre de postes de travail avec écran d'ordinateurs, qui ne sont pas aménagés de façon ergonomique. Dans cet article, vous trouverez un condensé d'instructions pour rendre votre poste de travail plus confortable et plus ergonomique.
Tirez profit des suggestions et instructions ci-dessous.

1. Table de travail
Hauteur plan de travail : De préférence réglable au moins de 60 à 82 cm, et pour les tables de travail assis-debout de 60 à 125 cm (au moins de 62 à 120 cm). La table doit être réglée à hauteur ou légèrement au-dessous du coude. Une table assis-debout est préférable à un bureau normal.
Un plan de travail à hauteur réglable de 60 à 82 centimètres peut être utilisé par au moins 90% des utilisateurs. Les personnes qui travaillent à une table assis-debout ont besoin d'une fréquence de pause moindre (47% moins) et d'une pause moins longue (56% moins), car la fatigue est moindre (Dainoff). Par conséquent, dans une journée de travail, elles peuvent travailler plus longtemps et donc de manière plus productive.

2. Siège
Position assise : Le siège doit répondre au minimum à la norme NEN-EN 1335-1, et de préférence également à la norme NPR 1813:2003 4. L'assise doit être inclinable vers l'arrière d'au moins 15°. L'angle formé par le dossier et l'assise doit être inférieur à 90° au niveau du bassin. C'est pourquoi nous préférons un siège basculant à un siège à mécanique synchrone.
Dans le cas d'une mécanique synchrone, le dossier s'incline par rapport à l'assise dans un rapport de 1:2, 1:3 ou 1:4. Par conséquent, l'assise ne s'incline pas suffisamment vers l'arrière par rapport au dossier (Bos, 2003). Des forces de glissement peuvent alors se présenter (Goossens 1995, 1997). L'assise inclinée peut réprimer cette force de glissement et empêcher ainsi l'avachissement.



4 NPR1812 est une directive ergonomique hollandaise pour des sièges de bureau. Selon la loi européenne cette directive n’est pas obligatoire. Toutefois nous conseillons l'utilisation de cette directive, parce que l'EN-1335 ne suffit pas pour assurer qu’ un siège de bureau est ergonomique.

Soutien des bras : Pendant le travail devant l'ordinateur, les bras doivent être bien soutenus par des repose-bras confortables et réglables en hauteur ou éventuellement par le plan de travail.
Un bon soutien des bras entraîne une diminution des douleurs (d'épaules) (Aaras, 2001, Cook, 1998, Karlqvist,1998), parce que, entre autres raisons, la circulation sanguine se fait mieux (Hagberg M, 1984). Lorsque le soutien des bras est assuré, la fatigue apparaît beaucoup moins rapidement (Arndt, 1983).

3. Support de documents
Positionnement des documents : Les documents doivent être placés dans la même ligne que le moniteur et le clavier et, pour lire et écrire, il faut utiliser un plan de travail légèrement incliné.
Lorsqu'on lit ou qu'on entre des données sur l'ordinateur (data entry), on doit prêter attention aux mêmes aspects que ceux nommés au sujet de l'angle de vision et de la distance de vision. Un plan de travail incliné diminue l'inflexion du cou (Dul 1992) et contribue ainsi à éviter les douleurs.

4. Repose-pieds
Soutien pour les pieds : Un repose-pieds doit répondre à la norme DIN 4556 (surface de contact min. 45 x 35 cm, réglable en hauteur de min. 11 cm, réglable en inclinaison de 5 à 15°).
Lorsque le plan de travail ne peut pas ou pas suffisamment être réglé à la hauteur souhaitée, un repose-pieds est alors nécessaire. Ce repose-pieds doit avoir au minimum une largeur de 45 cm et une profondeur de 35 cm, il doit être réglable en hauteur de 11 cm au minimum. Et l'angle d'inclinaison de la surface de contact doit être réglable de 5 à 15 degrés au minimum (DIN 4556). S'agissant des postes de travail temporaire, il est important que le repose-pieds soit facile et rapide à régler, que le repose-pieds Basic 952 soit équipé d'une pédale permettant de régler la hauteur. Si l'utilisateur est assis sur un siège très élevé, et qu'il ne peut plus toucher le sol, il peut difficilement atteindre cette pédale. Dans ce cas, on peut utiliser le repose-pieds Footform.

5. L'écran
Résolution, grandeur et nombre d'écran(s) : Le pas de pixel doit être au moins de 0,25 mm, et de préférence > 0,28 mm. Si l'on utilise plusieurs applications en même temps, nous conseillons de travailler avec deux écrans en même temps ou avec un écran au format 16/9.
La résolution d'un écran indique le nombre de pixels dont l'écran est constitué ; plus la résolution (le nombre de pixels) est élevée, plus l'image est précise. Mais il y a un inconvénient : Une résolution élevée, proportionnellement à la grandeur de l'écran, entraîne des caractères plus petits sur l'écran. La grandeur des pixels sur l'écran est parfois exprimée dans le pas de pixel, lequel ne doit pas, de préférence, être plus petit que 0,25 mm et plus grand que 0,28 mm.
De plus, les spécifications les plus importantes sont les suivantes :
• Rapport de contraste : de préférence 1.000 : 1 ;
• Luminosité : min. 250 cd/m2, éventuellement plus élevée, s'il y a beaucoup de lumière ;
• Couleur boîtier écran : couleur claire non réfléchissante, donc pas noire ;
• Consommation énergétique : de préférence ≤ 25 W.

Double écran ?
Une enquête scientifique montre que, si l'on utilise deux ou trois écrans, la productivité augmente de 10 à 15%, et les erreurs diminuent de 33% (Research Productivity and Multiscreen Computer Displays - Janet Colvin et autres). Il est également possible de travailler avec un écran au format 16/9 au lieu de travailler avec deux écrans.

6. Bras pour écran plat
Distance oeil-écran : Elle doit être au moins de 60 cm, mais de préférence de plus de 60 cm. La distance oeil-écran est déterminée par la taille des caractères, étant entendu que la distance œil-écran est d'au moins 200 fois et de préférence 150 fois la taille des caractères (un caractère de 4 mm correspond donc à une distance œil-écran de 60 cm).
Une distance oeil-écran relativement grande est moins nocive pour les yeux, car les yeux n'ont pas besoin d'accommoder si fortement, à condition que la taille des caractères sur l'écran augmente en proportion (Owens et Wolf Kelly 1987). Les caractères sur l'écran peuvent parfois être agrandis, Word connaît ainsi une fonction zoom qui permet d'agrandir ou de rapetisser la reproduction du document actif. Les plus grand caractères se lisent plus vite que les petits (Tullis et al, 1995), les petits caractères sur l'écran font donc baisser la productivité. (Jaschinski-Kruza, 1988).
Angle de vision : Tout l'écran doit se trouver dans un angle de 10 à 20° au-dessous de la hauteur des yeux.
Cette position du moniteur permet aux yeux de mieux accommoder (Ripple, 1952) et converger (Krimsky, 1948), et la nuisance pour les yeux diminue (Tyrell et Leibowitz, 1990, Tsubota and Nakamori, 1993). De plus, cette position du moniteur entraîne moins de gêne et de douleurs au cou (Kumar 1994; McKinnon 1994, Marcus 2002), alors qu'elle n'entraîne pas de trouble statique des muscles cervicaux (Turville et all, 1998). Et ce qui n'est pas négligeabl : la productivité est alors plus élevée d'environ 10% (Sommerich et al., 1998).

7. Socle pour ordinateur portable
Ordinateur portable : Pour pouvoir travailler de manière ergonomique et productive avec un ordinateur portable, il faut utiliser ce dernier avec un écran externe, une souris et un clavier séparés (compact) ou avec un support pour ordinateur portable avec souris et clavier externes (compact).
Un support pour ordinateur portable a un effet positif sur la posture et contribue à un plus grand confort (Boersma 2003, Lindblad 2003). Études scientifiques réalisées en Suède (Lindblad 2003) que le fait de travailler avec le support pour ordinateur portable de BakkerElkhuizen améliore considérablement la posture, augmente la productivité (+ 17 %), soulage la nuque (-32 %) et offre plus de confort (+ 21 %).
Pour aménager un poste de travail de manière optimale, il est nécessaire de brancher un écran plat 19” (avec bras) à l'ordinateur portable. C'est une possibilité à envisager notamment lorsqu'on travaille longuement (plus de 4 à 5 heures par jour) sur un ordinateur portable.

8. Souris
Cliquer et faire défiler : Lorsqu'on clique et fait défiler, il faut éviter les postures contre nature (extension¹ et déviation2 cubitale des poignets, pronation de l'avant-bras3). La souris doit être placée aussi près que possible du corps.
Les postures nommées ci-dessus constituent tous les facteurs de risque d'apparition des douleurs au poignet et à l'avant-bras (Jensen 1998, Fernstrom 1997, Burgess-Limmerick 1999, Armstrom 1994). Si l'on place la souris plus près de son corps, le cou et les épaules sont moins sollicités (Armstrom 1995, Cook 1998, Harvey 1997). Les trackballs et les trackpoints sollicitent plutôt le pouce. Cela n'est pas une bonne alternative à la souris habituelle, notamment pour les employés plus âgés. En outre, la productivité est plus basse qu'avec les souris habituelles, mais le niveau de productivité semble se rétablir après une longue utilisation (Zöllner 1999).

9. Le clavier
Entrée de texte : La distance horizontale et verticale des touches doit être de 19 mm au minimum. À chaque frappe de touche, on doit sentir et/ou entendre clairement un feed-back. Un clavier compact réduit la distance à la souris. Pour 'ceux qui tapent sans regarder leur clavier', un clavier divisé leur permet d'améliorer la position des poignets et avant-bras.
Si le feed-back n'est pas suffisant, les utilisateurs ont tendance à taper sur les touches 3,9 fois plus fort que nécessaire. Cela représente un facteur de risques associés au développement de douleurs dans l'avant-bras et dans la main (Feuerstein, 1997, Gerard, 1996, 1999). De plus, cela a pour conséquence que l'utilisateur fait plus d'erreurs suite auxquelles la productivité baisse (Feuerstein, 1997, Yoshitake, 1995).
Les claviers compacts (claviers sans pavé numérique, mais dont la distance entre les touches est comparable à celle d'un clavier normal) diminuent la distance pour prendre la souris en main (Cook, 1998), sollicitent moins l'avant-bras et on les trouve plus confortables que les claviers standard (Van Lingen, 2003). Un clavier compact est une alternative à part entière au clavier traditionnel. Si l'on doit entrer fréquemment des données numériques, on peut utiliser un pavé numérique séparé.
Un clavier à forme ergonomique peut contribuer à prévenir les douleurs (Moore et Swanson, 2003), grâce à une meilleure position des avant-bras et poignets (Riezebos, 1997).

view catalog onlineConsulter le catalogue en ligne download pdf catalogTélécharger le catalogue